Alister Formation est certifié Qualiopi.

Rééducation des paralysies faciales périphériques et centrales (A. PIPET)

La paralysie faciale est une pathologie fréquente, parfois secondaire à une chirurgie ou à un trouble neurologique et souvent d’origine inconnue lorsqu’elle est d’origine périphérique. La prise en charge rééducative des patients sera très différente si l’origine de la paralysie est centrale ou périphérique.

 

La prise en charge en rééducation de cette pathologie est malheureusement parfois controversée à cause du manque de connaissances et de pratique de certains praticiens, ce qui ne permet pas des prises en charge optimales alors que la littérature internationale est assez claire sur le sujet.

 

    • Anatomie fonctionnelle et surtout palpatoire osseuse, des muscles de la mimique –des muscles masticateurs, du nerf facial et des ATM …
    • Paralysies faciales centrales et périphériques : particularités et types / rééducation en pratique – examen complet et bilan
    • Prise en charge d’une paralysie faciale périphérique : cas pratiques

Merci de vous munir de vos produits d’hygiène dentaire.

Conflits sensoriels dans la résolution des problèmes de douleurs chroniques et d’équilibre (A. KUBICKI)

Comprendre l’anneau de Moebius de la sensori-motricité (couplage perception – action)

 

A travers une première partie théorique sur le système sensoriel, nous évoquerons son rôle et la complémentarité des capteurs utiles pour le contrôle moteur. Nous ferons ensuite le lien avec les tonus musculaire et sa régulation spinale et supra-spinale.

 

Comprendre la notion de conflit sensoriel (incongruence perception – action) et ce qu’elle implique cliniquement (douleur / instabilité / baisse de performance)

 

Nous évoquerons les articles de Harris (1999) et MacKabe (2000) sur les effets d’une incongruence entre perception et action et les travaux de Matheron et collègues sur les conflits sensoriels. Nous expliquerons la vision binoculaire comme marqueur diagnostic. Nous décrirons les tableaux cliniques associés aux conflits sensoriels et la prévalence de ceux-ci en pratique clinique.

 

Savoir diagnostiquer et traiter un patient présentant un/des conflit(s) sensoriel(s) et/ou réorienter.

 

Nous relaterons le bilan en 6 étapes de recherche de conflits sensoriels. Nous explorerons les uns sur les autres les systèmes sensoriels de chaque participant à la recherche de ces conflits pour illustrer ce bilan. Nous évoquerons les traitements à mettre en place selon les diagnostics.

 

Rééducation périnéale – rééducation de l’incontinence aujourd’hui: des fondements aux techniques, y compris des troubles vésico-sphinctériens chez l’homme (H. PORTERO)

Cette formation à la fois théorique mais avant tout basée sur des exercices pratiques en binôme, permettra aux participants d’adapter et d’appliquer au mieux la rééducation vésico-sphinctérienne en accord avec les dernières recommandations.

 

  • Rappels des fondements anatomiques – physiologiques et physiopathologiques des troubles vésico-sphinctériens : appareil urinaire féminin et appareil masculin – et vessie

 

  • Notions de statiques pelviennes normales et pathologiques – contrôles neurologiques de la miction

 

  • Application des bilans kinésithérapiques de la femme incontinente et de l’homme – pré et post-opératoire.

 

  • Examens et pharmacologie en urologie

 

  • Principes généraux de la rééducation vésico-sphinctérienne – travail musculaire périnée – électrostimulation – biofeedback …

 

  • Cas particulier de l’incontinence de la personne âgée

 

  • Notions de vessies neurologiques : physiopathologie et indications de la rééducation et des autres traitements.

Approche clinique et pratique en pelvi-périnéologie par simulation (H. PORTERO)

A travers des rappels théoriques et des séances d’application pratiques, les participants pourront analyser la pratique actuelle et les confronter aux données actuelles de la science.

Chaque participant sera amené lors de cette formation à une simulation de stimulation conduisant à une analyse de sa pratique :

  • Utilisation des supports de simulation

 

  • Synthèse sur les nouveaux apports

 

  • Séquences de questions – réponses avec le formateur – échanges et travail réflexif.

Electrothérapie en neurologie centrale: Mise au point (C. CHAUVIERE)

Cette formation vous permettra de reprendre l’ensemble des intérêts thérapeutiques dans les courants excito-moteurs et les antalgiques, à travers des rappels théoriques et des applications pratiques en parallèle.

 

  • Présentation des multiples intérêts des courants excitomoteurs dans la reprogrammation et l’intégration sensitivo-motrice de l’hémicorps paralysé (membre supérieur/inférieur).

 

  • Données élémentaires sur les courants électriques et leurs bases physiologiques.

 

  • Choix et justification des sites de stimulation

 

  • Données bibliographiques – Protocoles de rééducation et expériences cliniques

 

  • SEF et auto-entraînement des membres supérieur-inférieur – montages types et situations pratiques

 

  • Appareils de neurostimulation

 

  • Applications sur douleurs chroniques – aigues

Auto rééducation guidée et kinésithérapie des affections neurologiques en phase chronique (C. MARSAL)

Le thérapeute doit être en capacité d’évaluer les besoins, les attentes, les connaissances et les représentations du patient et de son entourage et d’envisager des méthodes, des modalités et des exercices dans la pratique d’un suivi chronique permettant de répondre à cet enjeu. En ce sens, le concept d’auto-rééducation positionnant le thérapeute dans une posture éducative, entre pleinement dans la dynamique d’éducation thérapeutique.

 

  • Concept de l’Entraîneur – Educateur : le kinésithérapeute devient :
    • Un entraineur car il apprend les exercices au patient, le soutient dans ses efforts dans un suivi à long terme, l’aide à évaluer ses résultats.
    • Un éducateur : car le patient et son entourage doivent être capables de gérer la maladie et les exercices. Changer le mode d’accompagnement des patients chroniques est un enjeu majeur et les patients n’ont pas l’habitude de cette posture. Ce changement doit être initié dès le séjour en structure de rééducation pour permettre la pérennisation de la dynamique.

 

  • « Contrat d’Auto-Rééducation Guidée » : la mise en place de contrat d’exercices à faire à domicile, partenariat kiné-patient (Gracies). Des livrets (France AVC) et autres outils peuvent faciliter cette mise en place. Le kinésithérapeute propose, suit, guide, ce programme, accompagne, encourage, régule le patient. Celui-ci devient l’acteur de sa rééducation et le co-auteur.

 

  • Mise en pratique : comment proposer ce type de contrat ? Quelles approches d’entraînement proposer, en individuel ou en groupe ? Quels supports et feed-back motivant le patient utiliser ? comment évaluer les résultats ?

Réentraînement à l’effort en neurologie centrale (C. MARSAL)

Des fondements aux déclinaisons pratiques du renforcement musculaire et du réentraînement à l’effort dans :

L’Hémiparésie

Approche théorique permettant de répondre, au travers d’une revue de littérature aux questions suivantes : Peut-on débuter précocement une rééducation intense ? Que doit-on surveiller cliniquement ? Doit-on mettre des résistances ? Peut-on renforcer un muscle spastique ? De combien de répétitions parle-t-on ? La quantité ne se fait-elle pas au détriment de la qualité ? Comment organiser une approche rééducative permettant d’inclure cette intensité ? Quelle différence entre l’intensité et réentraînement à l’effort ?

Approche pratique :
Mise en place d’Ateliers, de contrat d’Auto rééducation guidée
Protocoles de réentraînement à l’effort
Apport des nouvelles technologies.

La Maladie de Parkinson

Approche théorique : la dopamine peut être secrétée par l’exercice intense : conséquences en rééducation.

Approche pratique : Approche analytique et Approche globale. Adaptation aux demandes du patient.

La Sclérose En Plaques:

Approche théorique : la figure et son retentissement.

Approche pratique : Comment organiser la séance et la journée du patient SEP. Renforcement et travail en aérobie. Quels exercices favoriser vers un investissement quotidien du patient?

Syndromes douloureux neuropathiques et kinésithérapie (Y. BARDE CABUSSON)

Cette formation à la fois théorique mais avant tout basée sur des exercices pratiques et réflexifs vous permettra d’améliorer vos connaissances en neurobiologie de la douleur mais également votre pratique afin de traiter ces douleurs neuropathiques.

  • Rappels de la physiologie du système nerveux dans une perspective des traitements à la disposition du kiné – évaluation subjective de la douleur neuropathique (interrogatoire) – systèmes de classification nécessaires au raisonnement clinique

 

  • Pratique complète de l’examen neurologique périphérique : troubles de la conduction et mécano-sensibilité – examen neurologique classique – neurodynamique – palpation neurale – choix clinique en fonction de l’investigation clinique.

 

  • Traitements des douleurs neuropathiques : outils modernes de prise en charge et leur mise en œuvre en pratique – mobilisations du système neural – thérapie miroir et imagerie motrice – entrainement par discrimination sensorielle.

Rééducation sensori-motrice basée sur les concepts cognitifs actuels : Perfetti et autres approches (C. CHAUVIERE)

Rééducation par stratégie descendante ou « Top-down –  Modèle » proposé : le concept de Perfetti

Fondements : le mouvement comme expérience de construction personnelle – les processus cognitifs (mémoire/attention/visualisation) comme supports de la récupération de la motricité élaborée

Organisation des situations d’exercices pratiques afin d’améliorer la fonction de manipulation/préhension du membre supérieur:
– Objectivation des déficiences du patient en fonction des phases aiguë, subaiguë ou chronique de l’AVC

– Organisation motrice nécessaire à l’exercice/problème proposé : prérequis

– Choix des exercices en fonction des segments corporels impliqués, des éléments de la pathologie à contrôler, du type de modalités informatives à privilégier (reconnaissance de positions spatiales  ou corporelles)

– Sélection des outils (sussidi) et reconnaissance de leurs caractéristiques spécifiques

– Analyse de l’intervention spécifique du thérapeute

– Facilitations et variantes pour une même situation d’exercice

 

Rééducation par stratégie ascendante ou bottom-up.

Approche rééducative privilégiant les afférences visuelles – la thérapie miroir

-Utilisation du miroir comme du feed-back visuel : fondements

-Etudes validées et variations autour des protocoles  de mise en œuvre

 

Les thérapies bilatérales

– Justifications neurophysiologiques expliquant les bénéfices des thérapies bilatérales

–  Composantes du mouvement et sous-programmes présents dans les tâches motrices partageant les mêmes caractéristiques dynamiques

– Exemples pratiques permettant de comprendre  comment la réalisation de tâches bi manuelles permet de récupérer les paramètres de synchronisation entre les deux membres supérieurs

Kinésithérapie fonctionnelle de l’hémiplégie et autres affections neurologiques au stade chronique (F. LAURENT)

Cette formation à la fois théorique mais avant tout basée sur des exercices pratiques en groupe, vous permettra de faire le point sur l’état des différentes prises en soin des personnes avec affections neurologiques de longue durée.

  • Revoir les fondements des approches de kinésithérapie neuromotrice en neurologie centrale. Sidération ou lésion ? Récupération ou amélioration : après la phase subaigüe (1er mois) quels objectifs en rééducation ? Objectifs de séances ?

 

  • Rééducation motrice segmentaire du membre supérieur

 

  • Thérapie miroir – Carr & Sheperd – membres contraints ? Quand, combien de temps, comment ?

 

  • Rééducation motrice segmentaire des membres inférieurs.

 

  • Rééducation segmentaire du tronc

 

  • Rééducation posturale

 

  • Réentraînement à la marche

 

  • Fondements de la posture thérapeutique : kinésithérapeute comme éducateur – coach