Suite aux annonces du Président du 31/03/2021 nous vous annonçons que nos locaux restent ouverts et nos formations maintenues.

Prise en charge de la sexualité d’une personne en situation de handicap : Connaître pour savoir accompagner à sa juste place (A. SCHIFANO)

Sexualité et handicap: quelles représentations personnelles ?

Le concept de santé sexuelle selon l’OMS et le droit à la sexualité.

Bases physiopathologiques des troubles génito-sexuels dans les suites d’un handicap.

Sexualité et handicap et projet de vie : échanges et analyse des pratiques.

Sexualité et déficiences neurologiques: de l’absence de demande aux questions pressantes.

Comment aborder la dimension sexuelle et affective et quelles informations donner ?

Comment appréhender avec précision et justesse les multiples facettes de la vie sexuelle et affective sans entrer pour autant dans une logique de consultation spécialisée de sexologie ? Les différents niveaux d’intervention dans une prise en charge sexologique.

Où situer ses limites en tant que professionnel ? Le cadre juridique et réglementaire.

 

Ce contenu donné à titre indicatif, sera adapté en fonction de l’analyse préalable des besoins des services et des participants.

Le projet personnalisé: une co-élaboration avec l’usager (O. PELLETIER)

Mesure essentielle parmi les recommandations de bonnes pratiques de l’ANESM, le projet personnalisé est devenu un outil incontournable pour les établissements médico-sociaux.

Fruit d’une co-élaboration avec l’usager, sa méthodologie est délicate et ne s’improvise pas.

Le projet personnalisé sera abordé depuis sa définition à la maîtrise :

–          Du processus,
–          D’un système d’évaluation clinique,
–          Des écrits professionnels,
–          De la tenue et des accès aux dossiers,
–          Du respect des droits des usagers, du secret professionnel et du secret partagé,
–          Du recueil des attentes,
–          De la traçabilité des enregistrements cliniques, de leur congruence avec les plans d’actions validés.

 

Ce contenu donné à titre indicatif, sera adapté en fonction de l’analyse préalable des besoins des services et des participants.

La bientraitance comme moteur de l’accompagnement et du soin à domicile (W. HESBEEN)

Jour 1

Cette journée est essentiellement consacrée à une réflexion sur la pratique de l’aide et des soins à domicile. Elle conjugue des apports de connaissances et des échanges entre les participants.

La journée se déroule à partir d’un certain nombre de questions :

– qu’est-ce que l’éthique du quotidien dans les métiers de la relation à l’humain malade ou dépendant ?

– qu’est-ce que prendre soin d’une personne et quelle distinction y a-t-il avec lui faire des soins ?

– qu’est-ce que la fragilité de l’humain, la vulnérabilité ?

– qu’est-ce que la « bientraitance » ? Pourquoi a-t-on éprouvé aujourd’hui la nécessité d’avoir recours à cette nouvelle notion ? Comment peut-on définir la banalisation de l’humain, la malveillance, la maltraitance ?

– à quelles valeurs et qualités professionnelles est-il utile de se référer pour prendre soin de l’être souffrant ? Mais également, pour prendre soin de soi et prendre soin de nous et de nos organisations lors du travail en équipe ?

Jour 2

Cette seconde journée sera consacrée aux prolongements concrets des réflexions menées durant le premier jour. Le déroulement de cette journée s’appuiera, essentiellement, sur des situations d’aide et de soins à domicile amenées par les participants et l’intervenant.

Présentation de situations d’aide et de soins à domicile en vue :

– de repérer les différentes composantes d’une situation, sa complexité,

– de proposer des regards croisés, des interprétations diversifiées,

– d’identifier les facteurs de bientraitance ou de maltraitance et d’en débattre,

– de repérer les exigences associées au travail en équipe ; à son organisation, à la complémentarité des professionnels, à ce qui contribue au bien-être au travail.

 

Evaluer les pratiques en vue de les faire évoluer :

– le recours à la relecture éthique de situation comme moyen d’évolution des pratiques et d’élévation de la réflexion individuelle et commune,

– comment et dans quel contexte se déroule une relecture éthique de situation ?

 

Perspectives :

– que retenons-nous de ces deux journées ?

– que pouvons-nous mettre en œuvre concrètement, dès à présent et progressivement, au cœur de nos pratiques ?

Ce contenu donné à titre indicatif, sera adapté en fonction de l’analyse préalable des besoins des services et des participants.

Faire face aux situations d’agressivité et de violence des usagers (M. BARRY)

Cette formation, très pratique, conduite par des experts en stratégies de gestion des conflits et des situations de violence, a pour objectif de conduire les professionnels du secteur social et médico-social ainsi que les professionnels de santé à être en capacité de se positionner face aux situations de violence et d’agressivité rencontrées dans le cadre de leur exercice professionnel. 

-Les mécanismes de l’agressivité : Les différentes formes d’agressivité en milieu professionnel /  les formes d’agressivité selon les interlocuteurs / les facteurs déclencheurs de l’agressivité.

– Désamorcer les situations d’agressivité sans violence manifeste :

– Analyser et comprendre les facteurs en jeu/ identifier la tonalité émotionnelle présente dans ces situations/ saisir au travers d’exemples de situations les moments clés des interactions difficiles/ repérer les attitudes ressources à mettre en œuvre y compris sur des situations tirées du terrain.

– Faire face aux situations de violence  : Evaluer la dangerosité d’une situation/ connaître ses propres marges d’action et se référer au cadre réglementaire.

– Comprendre les représentations en jeu dans les situations conflictuelles et agressives(outil d’analyse transactionnelle) Analyse de sa place et de son positionnement dans les relations professionnelle/ analyse des effets positifs et négatifs de sa propre position sur l’interlocuteur / identification des attitudes constructives susceptibles de dénouer les tensions, se mettre à la place de l’autre pour mieux comprendre son besoin et les raisons de sa réaction : faire preuve d’empathie/ entrainement à la mise en œuvre de réponses appropriées.

– Entrainement à la mise en œuvre de comportements et d’attitudes adaptées :Observer et s’observer soi-même interagir en situation de conflit ou de tension/ analyser les attitudes non-verbales/ s’entraîner à mettre en œuvre des comportements et des attitudes assertives : ni agressives, ni fuyantes, ni défensives.

– Les risques d’usures professionnelles : Comment se préserver, les écueils à éviter.

 

Ce contenu donné à titre indicatif, sera adapté en fonction de l’analyse préalable des besoins des services et des participants.