Le secrétariat d'ALISTER est fermé du 26/07/2021 au 15/08/2021. Vos mails seront traités à partir du 16/08/2021.

Gérer un évènement indésirable grave (EIG) et désamorcer une réclamation (D. EJNES)

A travers des apports théoriques ainsi que des ateliers de mise en situation et jeux de rôles, apprenez à gérer évènement indésirable grave, ou d’une réclamation d’une personne accueillie ou d’une famille.

–  Tour de table, partage d’un vécu personnel d’une situation difficile.

 

–  Introduction :

  • Statistiques et évolution des plaintes
  • Fréquence et coût des effets indésirables et des plaintes selon les spécialités 
  • Le protocole HAS : annonce d’un dommage associé au soin

 

– Les bases à connaître

  • Définitions : effet indésirable grave, réclamation, plainte, différentes sortes de procédures
  • Qualité et gestion des risques
  •  Qualité de conformité et qualité perçue
  •  La maltraitance : réalité et limites

 

–  Quelles sont les possibilités pour le patient et sa famille ? Différentes juridictions (civile, pénale, ordinale) Rôle des CRCI – l’obligation d’information (Loi KOUCHNER) vis-à-vis des patients « victimes ou s’estimant victime d’un dommage » – quand faut-il impliquer sa compagnie d’assurance ? le Conseil de l’Ordre ?

 

–  Médiation interne, CVS…

 

–  L’écrit : les mails, les courriers – que faut-il écrire dans le dossier et déclarer en cas d’effet indésirable ?

 

La place de la direction et la place du médecin

 

–  La communication en situation difficile

–  Médiation et négociation ; les bases

–  Modèle de communication et d’intervention

Gérer une personne accueillie, une famille difficile (D. EJNES)

A travers des apports théoriques et des ateliers de mise en situation, jeux de rôles, apprenez à gérer une personne accueillie et des familles difficiles.

 

– Typologies de situations difficiles

  • Ecoute active et approche observationnelle : le double diagnostic 
  • Du diagnostic médical au diagnostic de situation
  •  Le paradoxe relation d’aide / relation de confrontation
  • Positions de départ en Analyse transactionnelle
  • Décodage rapide
  • La Règle et le règlement
  •  Le Contrat de séjour

 

– Ateliers de mises en situation pratique :

  • Comportemental, cognitif, psychologique
  • Tempérament et Caractère
  • Malentendu, différend, conflit jeu psychologique 
  • Agressivité et désamorçage
  • L’approche à plusieurs
  • Le triangle de Karpman

 

– Les techniques de communication avancées 

  • Reformulation verbale orientée
  • Techniques de synchronisation
  • Communication non violente

Annonce d’un handicap ou d’une mauvaise nouvelle, et après…? (D. EJNES)

A travers des apports théoriques et des ateliers de mise en situation, jeux de rôles, apprenez à annoncer un handicap ou d’une mauvaise nouvelle.

– Introduction : historique, le protocole de Buckmann 1998

  • Information et modalité de transmission
  • Diagnostic du niveau d’acceptabilité
  • Annonce graduelle
  • Accompagner la réaction émotionnelle 
  • Mise en place d’une stratégie
  • Préparer l’avenir

 

– Les bases de l’annonce :

  • Diagnostic
  • Particularités de l’enfant
  • Les fondamentaux
  • Les associations – les compromis cliniques et l’alliance thérapeutique

 

– Communication :

  • Qui annonce ?
  • La CIF et le processus de production du handicap
  • Ecoute active et posture non verbale

 

– ATELIER 1 autodiagnostic des freins et capacités – études de situations

  • Recommandations
  • L’accompagnement

 

– ATELIER 2 : études de situations et jeux de rôles

Refus de soins (V. REBERT)

Cette formation basée sur deux jours permettra à travers des séquences théoriques et des mises en situation pratiques, de reprendre les concepts globaux de la notion de refus de soin mais aussi les cas exceptionnels et particuliers qui peuvent arriver dans notre pratique. La place de la communication et du non-jugement étant très importante dans la relation avec le patient, les participants apprendront comment mieux communiquer mais aussi comment réagir face à un refus de soin.

Soins palliatifs et accompagnement du patient en fin de vie (V. REBERT)

Nous proposons une action de formation sur 3 axes :

 

  • La pratique des soins et notamment des soins palliatifs dans l’application des formalités administratives et de la réglementation sur la fin de vie. La prise en charge des soins de confort.

 

  • Les spécificités de la prise en charge des personnes en fin de vie. L’accompagnement de leurs proches et famille. La prise en compte des rites religieux, des croyances et du contexte culturel du patient.

 

  • Evaluation et prise de recul sur la pratique professionnelle auprès des personnes en fin de vie : les motivations et limites du soignant ainsi que les ressources à sa disposition, afin de mieux prendre en charge le patient et sa famille.

 

Ce contenu donné à titre indicatif, sera adapté en fonction de l’analyse préalable des besoins des services et des participants.

Connaître, comprendre et accompagner : l’autisme avec et sans déficience intellectuelle, le handicap mental (V. WILHELM)

Premier jour : L’autisme avec ou sans déficience intellectuelle

  • Accueil des participants, présentation de la formation et tour de table.
  • Recueil des attentes des participants vis-à-vis de la formation et échanges autour des représentations que chacun peut avoir de l’autisme.
  • Les Troubles du Spectre de l’Autisme :
    • Les manifestations cliniques, la prévalence et les hypothèses étiologiques
    • Les signes précoces et le dépistage des TSA
    • Les comorbidités : déficience intellectuelle, troubles neurodéveloppementaux associés, troubles anxieux et dépressifs
    • Comprendre la pensée autistique
    • Les particularités sensorielles et les particularités cognitives
  • Echanges d’expériences du groupe et place aux questions
  • Bilan de la journée

 

Second jour : L’intervention auprès de personnes avec autisme :

L’accompagnement de la personne présentant un TSA selon les recommandations de bonnes pratiques de l’ANESM et de la Haute Autorité de Santé.

Sensibilisation aux stratégies d’accompagnement de la personne présentant des troubles du spectre autistique :

  • La communication verbale et non – verbale
  • La communication par échange de pictogrammes, d’images ou d’objets
  • La décomposition des consignes et des tâches
  • Les repères spatio-temporels
  • Les troubles du comportement : fonction, avoir une réaction adaptée

Echanges d’expériences du groupe – Place aux questions

Bilan de la journée et de la formation

Annonce du handicap et accompagnement (H. EHRET)

La question du handicap, en particulier l’annonce de celui-ci peut laisser le professionnel de santé face à de multiples interrogations. Comment le patient jadis autonome va-t-il vivre cette annonce ? Comment lui parler de cela ? L’annonce d’un handicap n’est parfois pas sans réactualiser certains sentiments de culpabilité pour celui qui la formule…

De même, le handicap de l’autre peut laisser le soignant face à un sentiment d’effroi et d’angoisse. Ainsi, il semble fondamental que le professionnel de santé puisse mettre du sens sur ce qui mobilise le patient, dans son rapport au corps et à la perte d’autonomie notamment.

Ainsi, cette formation a pour objectif de développer la question du vécu du patient en situation de handicap. En particulier, ce sera l’occasion de prendre en compte des éléments théoriques au sujet du développement de la vie psychique et les moments de « régression », qui découlent de la situation traumatique et des pertes qui incombent le patient. La vie psychique reste dans une perpétuelle mouvance. En effet, celle-ci peut, lors d’événements douloureux s’en trouver remobilisée, ouvrant ainsi vers de nouvelles possibilités. A ce moment-là, des contextes d’étayage extérieur (soignants, famille…) suffisamment ancrés et respectueux des « défenses » de chacun, peuvent être d’un grand soutien, voire une amorce vers un changement davantage « accepté » et une suite désormais envisageable.

Mettre en œuvre des actions d’animations (I. GISSINGER)

Souvent proposées par les professionnels de l’aide à la personne, que ce soit au domicile ou dans les institutions, les activités de loisirs prennent un sens dépassant largement la réalisation de l’activité elle-même.

1/ Qu’est-ce qu’animer ?

–       réflexion autour des besoins, des attentes et envies des personnes fragilisées,

–       quels sont les objectifs et le sens d’une action d’animation ?

 

2/ La méthodologie :

–       comment adapter les activités en fonction des objectifs,

–       définition des moyens et des outils à mettre en place pour concevoir une action d’animation.

 

3/ Expérimentation : 

–       mise en pratique autour d’une séance d’animation sociale,

–       retour d’expérience (quant au vécu et au contenu de l’activité)

Ce contenu donné à titre indicatif, sera adapté en fonction de l’analyse préalable des besoins des services et des participants.