Nos formations ont repris dans le respect des règles sanitaires, n'hésitez pas à nous contacter.

Communication et aphasies – malgré les troubles du langage, communiquons ! – Médico-social

La communication : fondements

– qu’est-ce que communiquer ?
– communiquer : au-delà du  message, l’intention de communication
– communication verbale  et non verbale: limites  et pièges – mise en situation

L’aphasie : connaissances fondamentales

– les différents tableaux cliniques
– points communs et différences

Communiquer tout en étant aphasique 

–  analyse de séquences filmées avec patients et décryptage des stratégies de compensation pouvant être observées

– de l’observation des stratégies de compensation à l’adaptation de la communication dans la vie quotidienne : mises en situation à partir de situations de la vie de soignant

Ce contenu donné à titre indicatif, sera adapté en fonction de l’analyse préalable des besoins des services et des participants.

 

Assistant en équithérapie

Connaissances du cheval dans son milieu naturel. Pourquoi le cheval ?

La relation Homme – Cheval et la communication non verbale, la relation triangulaire en équithérapie.

Les différents aspects de l’équithérapie

Les indications et les contre-indications

La sécurité pendant les séances

Annonce du handicap et accompagnement

La question du handicap, en particulier l’annonce de celui-ci peut laisser le professionnel de santé face à de multiples interrogations. Comment le patient jadis autonome va-t-il vivre cette annonce ? Comment lui parler de cela ? L’annonce d’un handicap n’est parfois pas sans réactualiser certains sentiments de culpabilité pour celui qui la formule…

De même, le handicap de l’autre peut laisser le soignant face à un sentiment d’effroi et d’angoisse. Ainsi, il semble fondamental que le professionnel de santé puisse mettre du sens sur ce qui mobilise le patient, dans son rapport au corps et à la perte d’autonomie notamment.

Ainsi, cette formation a pour objectif de développer la question du vécu du patient en situation de handicap. En particulier, ce sera l’occasion de prendre en compte des éléments théoriques au sujet du développement de la vie psychique et les moments de « régression », qui découlent de la situation traumatique et des pertes qui incombent le patient. La vie psychique reste dans une perpétuelle mouvance. En effet, celle-ci peut, lors d’événements douloureux s’en trouver remobilisée, ouvrant ainsi vers de nouvelles possibilités. A ce moment-là, des contextes d’étayage extérieur (soignants, famille…) suffisamment ancrés et respectueux des « défenses » de chacun, peuvent être d’un grand soutien, voire une amorce vers un changement davantage « accepté » et une suite désormais envisageable.

Accompagnement en soins palliatifs, prise en charge de la douleur et des autres symptômes d’inconfort

Les soins palliatifs :

– Qu’est-ce que les soins palliatifs ?

Fondements éthiques et rappel du cadre législatif.

– La souffrance globale (physique, psychologique, psycho-sociale et spirituelle).

– La prise en compte des souhaits de la personne et de ses proches.

– Comment prendre du recul et trouver sa place de professionnel accompagnant en évitant l’épuisement professionnel.

Organisation territoriale des soins palliatifs.

 

La douleur :

– Aspects fondamentaux : éléments de définition, comprendre et distinguer les différents types de douleur. 

– Différentes composantes de la douleur et leurs manifestations cliniques.

– Douleur et souffrance : la douleur comme composante de la souffrance globale.                                   

Evaluer la douleur et quels outils ?                                                                                                       

– Principes généraux dutraitement : thérapeutiques médicamenteuses  et thérapeutiques non médicamenteuses.

Les autres symptômes d’inconfort.

Ce contenu donné à titre indicatif, sera adapté en fonction de l’analyse préalable des besoins des services et des participants.

La pratique de l’écoute active pour mieux « s’entendre »

« Entre :
Ce que je pense
Ce que je veux dire
Ce que je crois dire
Ce que je dis
Ce que vous voulez entendre
Ce que vous croyez entendre
Ce que vous croyez comprendre
Et ce que vous comprenez …..
Il y a au moins 9 possibilités de ne pas s’entendre »
Les pré-requis indispensables à l’écoute :

– La notion d’observation,

–La mise en place d’un contexte d’écoute favorable : repérer ce qui facilite et ce qui entrave l’écoute de l’autre et la circulation de la parole…

– Analyser les grandes catégories d’attitudes possibles face à un interlocuteur, en dégager les effets positifs ou négatifs pour l’écoute, etc…,

Quelles limites à l’écoute et que faire de ce que l’on a entendu ?                                                                 

– Les implications sous-jacentes, les attitudes à avoir et à éviter, la communication au cours de l’entretien (verbale et non verbale), l’écoute et ses obstacles, les mécanismes de défense, etc.

– L’engagement et l’implication personnelle, la notion d’empathie, de congruence, de neutralité bienveillante, la centration sur l’autre, la conscience de soi.

Expérimenter et développer l’écoute active et constructive :

– Mises en situation pour expérimenter l’écoute active et focus théoriques (C. Rogers, T. Gordon et R. Muchielli…)

– Schéma de la communication, analyse et compréhension des mécanismes relationnels.

– Se connaître soi-même pour aller à la rencontre de l’autre, les stratégies de gestion des situations difficiles, la relation d’aide comme communication spécifique…

 

Ce contenu donné à titre indicatif, sera adapté en fonction de l’analyse préalable des besoins des services et des participants.

Mettre en œuvre des actions d’animations

1/ Qu’est-ce qu’animer ?

–       réflexion autour des besoins, des attentes et envies des personnes fragilisées,

–       quels sont les objectifs et le sens d’une action d’animation ?

 

2/ La méthodologie :

–       comment adapter les activités en fonction des objectifs,

–       définition des moyens et des outils à mettre en place pour concevoir une action d’animation.

 

3/ Expérimentation : 

–       mise en pratique autour d’une séance d’animation sociale,

–       retour d’expérience (quant au vécu et au contenu de l’activité)

Ce contenu donné à titre indicatif, sera adapté en fonction de l’analyse préalable des besoins des services et des participants.