Sophrologie caycédienne : fondements et initiation (I. MULLER)

Cette formation basée sur deux jours, vous permettra, à travers des séquences théoriques et des applications pratiques, d’intégrer de la sophrologie Caycédienne dans vos séances de rééducation habituelles.

  • Fondements – techniques de base en sophrologie : dynamique respiratoire – les techniques de mises en tension – relâchement – progressif des différentes parties du corps.
  • Sophrologie et travail d’émergence des sensations positives et de renforcement des sensations positives

Douleurs aigues et chroniques : rappels

Sophrologie et adaptation à la douleur

Sophrologie et hypnose : points de convergence et différenciation

  • Sophrologie et techniques de futurisation
  • Apport de la sophrologie ludique

A l’issue de la dernière session , la satisfaction globale s’élevait à : 8,6/10

Hypnose : Pratique de l’hypnose Ericksonienne dans le champ d’action des soins et des rééducations (T. KREMENTZOFF-BECCHIO)

Pour les patients comme pour les soignants, le programme thérapeutique est envisagé sous un angle nouveau, dans un espace d’hyperéveil sensoriel accessible naturellement. Lorsque les techniques sont acquises, leurs déclinaisons sont nombreuses et s’adaptent à chaque étape du parcours de soins, qu’il soit pratiqué en ville ou en milieu hospitalier. La communication avec les patients devient alors thérapeutique dès la prise de contact avec leur équipe soignante.

La formation se découpe en deux sessions :

  • Le premier stage est destiné à acquérir les techniques hypnotiques
  • Le second à les adapter aux traitements antalgiques – soins et rééducations

Dans le cadre de la présente formation, et conformément aux textes réglementaires et en vigueur régissant le DPC, plus précisément et conformément à la Direction Générale de la Santé, au rapport de l’Inserm 2015 :  » Evaluation de l’efficacité de la pratique de l’hypnose » et au code de la santé publique L.1110-12, la pratique de l’hypnose est encadrée.

De ce fait, l’ensemble des professions médicales (Médecins, chirurgiens-dentistes, sages-femmes…) peuvent à ce titre pratiquer des activités d’hypnose et s’y former.

Pour les professions de santé non médicales, la pratique de l’hypnose n’est légale que sous la responsabilité médicale et dans le cadre d’une pris en charge pluri-professionnelle de la douleur.

Le travail est conduit de manière interactive avec leurs soignants qui sauront proposer une nouvelle manière de traiter la douleur par :

  • Des séances d’hypnose complètes à visée antalgique et pour la potentialisation des traitements proposés par la médecine traditionnelle
  • Des séances concomitantes aux soins délivrés dans leurs champs de compétences initiaux (séances d’hypnose adaptée et pratiquée pendant soins et rééducations)
  • De l’hypnose conversationnelle (techniques de distraction de l’objet douloureux ou du contexte anxiogène des soins)
  • De la pratique de l’autohypnose enseignée rapidement aux patients pour une plus grande autonomie dans leur parcours de soins

Pour les professionnels de santé non médicaux s’inscrivant à titre individuel et souhaitant bénéficier d’une prise en charge par l’ANDPC doivent renseigner une attestation obligatoire dans le cadre de leur parcours de formation selon les dispositions en vigueur.

 

A l’issue de la dernière session, la satisfaction globale s’élevait à : 8,5/10

Ecrivez nous

Vous préférez appeler ? 03 89 54 94 34